Carnet de Chants



Le Giron

Dans la vie chacun à ses goûts
Moi je n'aime pas les femmes
Je préfère à toutes ses dames
Un giron, un giron à mon goût
Le giron dans ses nuits d'ivresse
Quand il s'approche de moi
Il me tend ses petites fesses
Ça c'est à moi, ça c'est à moi

Au bout de cinq à six caresses
Le giron devient plus ardent
Il se tend il se cabre il se dresse
Attention, attention c'est le moment
Il me prend mon polard qui fume
Et me chatouille les roustons
Il sait bien tailler une plume
Cochon d'giron, cochon d'giron

Les girons que l'on blâme tant
Ne sont pas comme toutes ces dames
Pleins de chancres infestant
Ils ont de meilleurs sentiments
La vérole et la pourriture
Ne s'attrapent pas avec eux
Car ce sont d'humbles créatures
Tombées des cieux, sur un gros nœud