Carnet de Chants


Ô Sarie-Mares !

Ô Sarie-Mares !

Ô Sarie-Mares, belle amie d'autrefois
En moi tu demeures vive
L'amour est plus fort que la pluie et que le vent
Qui peut arrêter son élan ?

Oui, je veux revoir
Dans mon vieux Transvaal,
Ma ferme au toit de chaumes.
Où le parfum du miel et les conifères embaument
L'air pur est clair comme un cristal
Où le parfum du miel et les conifères embaument
L'air pur est clair comme un cristal

Ô Sarie-Mares est bien loin de mon cœur
Mais je crois en son amour
Car c'est entre ses bras que j'ai connu le bonheur
Et je veux la revoir un jour.

Lorsque j'étais petit, je croyais qu'un démon
Viendrait me ravir ma maison
Mais lorsque je fus grand, ce fut une horrible guerre
Qui m'emmena loin de mes terres