Carnet de Chants


Le pékin de bahut

Le pékin de bahut

Trois Saint-cyriens sont sortis de l'enfer
Un soir, par la fenêtre
Et l'on dit, que Monsieur Lucifer
N'en est plus le maître
La sentinelle qui les gardait
En les voyant paraître
Par trois fois s'écria
Halte-là ! Qui va là ! Qui vive !
Et les trois bougres ont répondu
Ce sont trois Saint-cyriens qui sont Pékin de Bahut

Ô Pékin de Bahut
Viens nous t'attendons tous
Nous leur ferons tant de chahut
Qu'à la pompe, ils en seront foüs !

Un jour, dans une turne immense
Six cents martyres étaient assis
Les uns disaient "Ah ! Quelle chance !
Dans six mois nous serons partis !"
Les autres d'un air lamentable
Contemplant leurs anciens avachis
Disaient "Dans six mois pauvre diable,
Comme eux nous seront abrutis !"

Vous qui, dans l'espoir de Saint-Cyr
Pâlissez sur de noirs bouquins
Puissiez-vous ne jamais réussir
C'est le vœu de vos grands Anciens
Si vous connaissiez les horreurs
De la pompe et du bataillon
Vous préféreriez les douceurs
De la vie que les Pékins ont