Carnet de Chants



Le petit vin blanc

Voici le printemps, la douceur du temps nous fait des avances...
Partez mes enfants, vous avez vingt ans, partez en vacances.
Vous verrez, agiles, sur l'onde tranquille, les barques dociles,
Aux bras des amants des filles bien faites, des fraîches guinguettes
Les frites sont prêtes, et y'a du vin blanc.

Ah ! Le petit vin blanc,
Qu'on boit sous les tonnelles,
Quand les filles sont belles
Du côté de Nogent.
Et puis de temps en temps,
Un air de vieille romance
Semble donner la cadence
Pour fauter, pour fauter,
Dans les bois, dans les prés,
Du côté, du côté de Nogent.

Suivons le conseil, Monsieur le soleil connaît son affaire,
Cueillons en chemin ce minois mutin, cette robe claire,
Venez belle fille, soyez bien gentille,
Là, sous la charmille, l'amour nous attend,
Les tables sont prêtes, l'aubergiste honnête,
Y'a des chansonnettes et y'a du vin blanc.

À ces jeux charmants, la taille souvent prend de l'importance.
Ca n'est pas méchant, ça finit tout l'temps par un mariage.
Le gros des affaires, c'est lorsque la mère demande, sévère,
À la jeune enfant : ma fille raconte, comment, triste honte,
As-tu fait ton compte ? réponds, je t'attends.

Car c'est toujours pareil tant qu'y aura du soleil
On verra les amants au printemps s'en aller pour fauter
Dans les bois, dans les prés, du côté, du côté de Nogent.