Carnet de Chants


Aux légionnaires

Aux légionnaires

Quand on a bouffé son pognon
Ou gâché par un coup d'cochon
Toute sa carrière,
On prend ses godasses sur son dos,
Et l'on file au fond d'un paquebot
Aux Légionnaires.

On y trouve des copains d'partout
Y en a d'Vienne, y en a d'Montretout
Pas ordinaires,
Des aristos et des marlous
Qui se sont donnés rendez-vous
Aux Légionnaires.

Y a des avocats, des médecins,
Des juges, des marquis, des roussins
D'anciens notaires,
Mêm' des curés qui sans façons
Baptisent le Bon Dieu d'sacrés noms
Aux Légionnaires.

On vit au pays des Bicots,
Là où c'qu'il y a qu'des bourricots
Des vieilles moukères
En France, on ferait bien trop d'pétard
Et l'bourgeois a peur du cafard
Du Légionnaire.

On vit avec d'autres passions
Que l'pioupiou qui monte la faction
D'vant l'ministère,
Mieux vaut la brousse du Tonkin
Que la caserne du biffin
Pour l'Légionnaire.

Chez nous on devient pas proprio
Faut trop traîner ses godillots
Par tout' la terre,
Le pernod, les femmes et l'assaut
Dame, on n'est pas comme il faut
Aux Légionnaires.

Quinze ans on fait ce dur métier,
À moins q'un ball' vienn' prend' pitié
De not' misère,
Alors l'chacal aiguise ses crocs,
En disant j'vas croquer les os
D'un Légionnaire.

Mais ça n'est pas admis chez nous,
Un copain dit au bord d'not'trou
Quelqu'bout d'prière,
Deux morceaux d'bois en croix, un nom,
Qu'importe si c'nom là c'est pas l'bon
C't'un Légionnaire.