Carnet de Chants



Promotion Adjudant Delaveau

Perdu dans ce désert, pour y servir la France
Tu marches en rêvant aux deux pays natal
Ici c'est le danger dans l'étendue immense
La dune ou l'oasis peuvent être fatals

Qui vive ? Holà ! Qui vive !
Rien, rien, nul écho n'arrive
Et dans l'obre rien ne luit
Tour repose et tout sommeille
Dormez soldats ! DELAVEAU Veille

Le rebel t'attend caché sous les feuillages
Il avance en rampant il tend son embuscade
Et ce frémissement ce n'est pas un mirage
C'est l'arme du destin et son coup est fatal

Le fracas du combat déchire le silence,
Les balles sifflent et tuent et mutilent ton corps.
Blessé par les éclats, vers l'avant tu t'élances
Et dans un assaut fou, tu vas seul vers la mort.