Carnet de Chants


228 Chant de l'ALAT
229 L'azur de nos bérets

Chant de l'ALAT

Au sein de notre armée de Terre
il y a aussi des Aviateurs
qui volent sur hélicoptères
en béret bleu ciel de couleur
Pendant la dernière guerre
sur les fronts de l'Italie
les gars de l'ALOA réglèrent
les tirs de notre Artillerie

C'est nous les cavaliers de l'espace
l'ALAT n'a pas plus de 50 ans
le bipeur du ciel et de la chasse
celle du commandement
parmi le rugissement des pales
nos soldats se ruaient à l'assaut
tandis que grenades et rafales
encadraient nos hélicos

Maintenant il n'y a plus de guerre
et nous devons la préparer
plus que jamais l'hélicoptère
aura son rôle à y jouer
avec canons et missiles
ou bien troupes embarquées
les moyens aéromobiles
seront prêts à contre-attaquer

En attendant déguisez nos ailes
les nations les peuples accablés
voient venir les pumas les gazelles
leur livrer des sacs de blé
c'est nous les cavaliers de l'espace
l'ALAT n'a pas plus de 50 ans
le bipeur du ciel et de la chasse
celle du commandement



L'azur de nos bérets

Mécaniciens, pilotes, dans un semblable élan,
Inspectent poussent et sortent, sur leurs emplacements,
Les hélicos radieux et embarquent résolus,
À remplir audacieux, la mission attendue.

Secourir, appuyer, en toutes circonstances,
Équipages de l'ALAT, au service de la France,
Sur les têtes alignées, évoquant son appel,
L'azur de nos bérets, nous dévoile le ciel.
Ô Sainte Clotilde, du péril garde-nous,
Demeure notre guide, du trépas défends-nous.

La turbine assoupie, lentement se réveille,
Puis rugit vibre et crie, ébranlant l'appareil,
Instruments et radios, savamment contrôlés,
Un geste du mécano, il s'éloigne tout est prêt.

Les visières abaissées, corps sanglés aux machines,
Tous les soldats sont prêts, et n'attendent qu'un signe,
Contrôleurs et pompiers, attentifs et sereins,
La piste est dégagée, de la tour l'ordre vient.

La puissance est donnée, et s'arrachant du sol,
La patrouille formée, prend fière son envol,
Émergeant des nuées, dans un fracas strident,
Équipages au complet, sillonnent le firmament.